Ressources humaines et santé mentale, comment les accorder?

Les fleurs de mai ont éclos et le mois a passé si vite !

Saviez-vous que le mois de mai est le mois de la sensibilisation à la santé mentale ? La santé mentale fait référence au bien-être psychologique, social et émotionnel. Depuis une dizaine d’années, on reconnaît de plus en plus qu’il faut parler de la façon dont la santé mentale touche notre vie professionnelle et personnelle. Dans le secteur à but non lucratif, les travailleurs sont souvent passionnés par l’aide aux communautés qu’ils servent, ce qui les rend particulièrement vulnérables au surmenage, à l’épuisement professionnel et à d’autres problèmes de santé mentale. 

Inspirés par d’autres publications sur le sujet, nous avons décidé de proposer quelques suggestions sur la manière dont un OBNL peut se préoccuper de la santé mentale de ses travailleurs et de les supporter à prendre soin. 

 

Créer un espace dédié au self-care

Bien que certains lieux de travail fonctionnent désormais sous une forme hybride ou de travail à domicile, pour de nombreux travailleurs du secteur non lucratif, la plupart des tâches sont effectuées à partir d’un bureau. Les bureaux ont tendance à être des espaces rigides et peu engageants pour le personnel qui les utilise. C’est pourquoi il est suggéré de créer un espace où les employés peuvent prendre soin d’eux-mêmes. Idéalement, il s’agirait d’un espace avec des fenêtres et des sièges confortables où les employés peuvent venir tenir un journal, méditer, prier ou lire un livre. L’existence de ce type d’espace sur le lieu de travail peut aider les travailleurs à se sentir autorisés à prendre soin d’eux-mêmes dans un environnement qui n’est généralement pas associé à la santé mentale.

Proposer un budget pour la santé mentale ou le bien-être 

Il ne s’agit pas d’une règle absolue, mais certaines organisations à but non lucratif ne proposent pas de régime d’assurance maladie à leurs employés. Si votre lieu de travail dispose d’un tel régime, vous pourrez peut-être bénéficier d’un certain type de soutien psychologique dans le cadre de votre plan d’assurance. Toutefois, dans de nombreux cas, les régimes d’assurance ne couvrent que peu de services psychologiques ou comportent des conditions spécifiques, ce qui peut rendre difficile l’accès au bon type de traitement. L’une des solutions consiste à proposer aux membres du personnel un fonds général de santé mentale ou de bien-être. Il s’agit d’un fonds que les travailleurs peuvent utiliser pour des traitements qui ne sont pas nécessairement couverts par un assureur, comme l’acupuncture, les massages, le conseil spirituel, la thérapie ou d’autres services. 

Fournir aux employés des informations fiables délivrées par des professionnels agréés 

Les problèmes de santé mentale sont très complexes et propres à chaque individu. Nous pouvons tous avoir nos propres expériences en matière de santé mentale, mais cela ne fait pas de nous des experts ! Par conséquent, un moyen efficace de soutenir le personnel des organisations à but non lucratif en matière de santé mentale est de lui fournir des informations délivrées par des professionnels agréés. Par exemple, la participation à un atelier sur l’épuisement professionnel ou la dépression, animé par un psychologue agréé, pourrait être ce dont votre équipe a besoin. 

Normalisons!

Depuis 2020 et la pandémie de COVID-19, on peut dire qu’il est désormais beaucoup plus facile de parler de la maladie et de la manière dont elle nous empêche de travailler efficacement. Il n’est pas rare d’entendre un collègue annoncer qu’il restera à la maison pour soigner un rhume ou une migraine. Mais qu’en est-il des problèmes de santé mentale ? Il est beaucoup plus rare d’entendre quelqu’un dire qu’il a besoin d’un jour de congé pour soigner son anxiété, ou d’être franc sur le fait de prendre un congé pour s’occuper de sa santé mentale. L’une des façons de réduire la stigmatisation qui entoure la santé mentale est d’en parler plus ouvertement. Un moyen facile d’introduire ces conversations sur le lieu de travail est de montrer que nos organisations considèrent que la santé mentale est tout aussi importante que la santé physique. Par exemple, définir clairement ce qui est considéré comme du « temps de maladie » peut contribuer à clarifier les choses. L’exemple ci-dessous montre une façon d’inclure la santé mentale dans les politiques de maladie sur le lieu de travail. 

Les jours de maladie sont des congés payés mis à la disposition des membres du personnel qui se trouvent dans les situations suivantes : 

  1. Maladie, blessure, accident ou urgence de courte durée 
  2. Maladie chronique ou récurrente
  3. Les visites d’urgence dans une clinique, un hôpital ou chez un médecin
  4. Les rendez-vous médicaux planifiés pour lesquels il n’est pas possible de réorganiser ou de rattraper le travail. 
  5. un stress mental ou psychologique de courte durée nécessitant un arrêt de travail 
  6. Des exigences positives en matière de santé (par exemple : chirurgie d’affirmation du genre, rendez-vous liés à une grossesse, etc.)
  7. Stress structurels (oppression résultant du racisme, de la misogynie, de la transphobie, etc.)

 

En direct de l’univers du COCo

Ici, au COCo, nous travaillons chaque jour à développer de nouvelles façons de soutenir la santé mentale de notre équipe. L’une des ressources spécifiques qui est devenue plus souvent disponible est le soutien psychologique spécifique après les journées plus lourdes sur le plan émotionnel. Par exemple, les jours où l’on s’attend à ce que les conversations fassent remonter beaucoup de sentiments, le COCo fait appel à un.e thérapeute. Cette personne organise ensuite plusieurs plages horaires ouvertes après la réunion, où les participants peuvent aller parler à cette personne de soutien s’ils le souhaitent. 

Ces conseils ne couvrent que quelques-unes des innombrables façons dont nos lieux de travail peuvent être mieux adaptés à nos besoins en matière de santé mentale. Une simple conversation avec votre équipe est un excellent point de départ ! Ne manquez pas notre prochaine série d’Ateliers/C, qui couvrira un large éventail de sujets liés au bien-être sur le lieu de travail.